No Land demain ? en tournée à Bordeaux

l'article de Céline Musseau sur No Land demain ?

un article de Céline Museau-Sud Ouest 10/1/2018

No land demain ?  débute sa tournée par  Bordeaux où l’installation plastique immersive, premier volet de la création bicéphale de Faizal Zeghoudi, est présentée au public jusqu’au  13 janvier 2018 à l’espace d’exposition « Les Vivres de l’Art », en amont de la pièce chorégraphique pour huit danseurs, jouée du 10 au 20 janvier 2018 au Théâtre du Pont Tournant.  Une occasion pour nous de revenir sur  la Première nationale à Bergerac, jeudi 30 novembre au centre culturel Michel Manet dans une salle conquise, portée par la vague d’émotion des corps à la dérive,  qui, de la scène au public, a su emporter l’adhésion…

Jeudi 30 novembre, la Première de « No land demain ? »  s’est jouée au Centre Culturel Michel Manet de Bergerac,  dans une salle bondée  de près de 700 personnes,  où toutes les générations se côtoyaient :   la jeunesse, notamment était  venue en force grâce au soutien du réseau Artephage (agence culturelle de Dordogne) qui avait su mobiliser autour de la thématique des réfugiés, enseignants et élèves des options danse et théâtre des lycées et collèges du département. Présentée au public par Henri Devier, directeur du Melkior Théâtre/la gare mondiale et fondateur du festival Trafik, la création de Faizal Zeghoudi, élégie contemporaine en faveur des réfugiés contraints de quitter leur terre natale, a bouleversé nombre de spectateurs présents, au tout premier rang desquels Daniel Garrigue, maire de Bergerac, son adjointe à la culture, Laurence Rouan, tous deux membres du Conseil de la CAB (communauté d’agglomération bergeracoise), ainsi que les représentants de la Drac nouvelle Aquitaine et du département de Dordogne.

No land demain ? Une immersion au coeur d’un drame humain

En soixante minutes intenses et empreintes d’humanité, en gestes contenus ou déployés comme des accès de désespoir,  sur des compositions sonores originales de Lucas Barbier, conçues pour renforcer la  sensation d’immersion au cœur du danger,  dans un mixage sans complaisance où se fondent, pêle-mêle, bruits de guerre,  cris de peur ou de révolte, prières lancées au ciel, ambiances sonores évoquant la traversée en mer, puis l’arrivée sur le rivage, les trois temps forts imposés par le créateur Faizal Zeghoudi,   les huit danseurs en osmose totale avec leur sujet ont emporté l’adhésion du public.  Mis en lumière par le créateur Christophe Pitoiset,  sur un plateau nu circonscrit par la ligne d’un rectangle fluctuant dessinant le rétrécissement progressif  des frontières humaines, les huit danseurs de No land demain ? nous ont ainsi transportés vers un ailleurs dans lequel chacun pouvait se reconnaitre, ce no man’s land où pousse l’urgence de fuir tous ceux qui pour échapper à la misère ou à la guerre, entament une   longue traversée sans retour  vers un ailleurs autant redouté qu’espéré. Submergés d’émotion devant cette vague humaine évoquant la traversée en mer des corps à la dérive, beaucoup dans la salle ont retenu leur souffle jusqu’au tableau final, créant, avant les premiers applaudissements, une qualité de silence exceptionnelle,  comme si la partition  imaginée par le chorégraphe, les touchait au plus profond d’eux-mêmes, en écho à la détresse des migrants du monde entier. Un pari réussi, donc, pour Faizal Zeghoudi et ses huit danseurs qui jouaient tous beaucoup plus qu’un rôle de composition dans cette aventure artistique, vécue aussi par eux comme un engagement citoyen.

les danseurs de No land demain ?

L’installation plastique de No Land demain? à découvrir du 5 au 13 janvier 

Au lendemain de la Première à Bergerac, l’installation plastique immersive à découvrir en amont des représentations, a quitté Bergerac pour Bordeaux. Ouverte au public de l’espace d’exposition Les Vivres de l’Art du 5 au 13 janvier à Bordeaux,  celle-ci a été co-réalisée par Faizal Zeghoudi et Rémi Bénichou  pour les images, Lucas Barbier pour la bande son originale reprise dans le volet chorégraphique de la création. Au sein d’un espace clos aux effets sonores et visuels éprouvants, le spectateur  vit pendant quinze minutes une expérience sensorielle inédite, plongé de plein pied dans la tragédie des réfugiés soumis aux bombardements, entassés à bord de radeaux de fortune le temps d’une traversée périlleuse puis échoués sur le rivage.  L’installation peut accueillir jusqu’à 15 personnes pour chaque session de quinze minutes  de projection.  Proposée en accès libre à partir de 13 ans, elle peut faire l’objet, sur demande, d’un accompagnement dans le cadre d’une visite programmée (scolaires ou groupes à partir de dix personnes) .

La Compagnie Faizal Zeghoudi
Au
Théâtre du Pont Tournant

Du 10 au 13/01/2018 à 20H30,
Les 11 et 18 janvier à 14H, (scolaires)
Le 14/01/2018 à 15H30 (suivie de la projection du film Sur la route de Jadis  en présence du réalisateur Rémi Bénichou)
Et du 17 au 20/01/2018 à 20H30

Découvrez  en amont des  représentations
L’installation plastique immersive de
No Land demain?
Premier volet de la création
Aux Vivres de l’Art  Du 5/01/2018 au 13/01/2018 

No Land demain ? est coproduit par Le Conseil départemental des Landes avec le soutien de l’OARA dans le cadre d’une résidence hors les murs. 

Les résidences de création   
Théâtre Comœdia-Marmande, centre culturel Roger Hanin-Soustons, L’Atrium-Dax,Le Cuvier de Feydeau-Artigues-près-Bordeaux,Melkior théâtre/la gare Mondiale et le Centre culturel Michel Manet – Bergerac, Théâtre du Pont Tournant -Bordeaux, Les Vivres de l’art  Bordeaux-Salle Jean Renoir-Bois Colombes
Avec le soutien du Fonds de dotation Aquitaine Culture.