Salle comble à Artigues pour la répétition publique de No land demain ?

C’est dans une salle comble réunissant professionnels et grand public, lors de répétition publique du vendredi 17 novembre 2017, que Faizal Zeghoudi et ses huit danseurs ont présenté en avant-Première au Cuvier de Feydeau, à Artigues-près Bordeaux, trois extraits particulièrement émouvants de  No land demain ? 

Parenthèse proposée dans le cadre d’une semaine de résidence pour la compagnie accueillie au Cuvier de Feydeau, du 13 au 17 novembre, juste avant le centre culturel Michel Manet de Bergerac où sera programmée, jeudi 30 novembre 2017, la Première de No land demain ?, cette répétition publique a été précédée de la diffusion du teaser vidéo de l’installation plastique immersive constituant le premier volet de la création. Présentés au public du Cuvier de Feydeau par la directrice du lieu, Nathalie Thomas Barrière, devant le Maire d’Artigues, Mme Anne Lise Jacquet,  accompagnée  de ses  deux adjoints, Thomas Theyssier, maire adjoint à la Culture et Claude Dauvillier, maire adjoint au sport et à la vie associative, qui tenaient tous trois à saluer par leur présence, l’engagement et le travail  du chorégraphe en faveur des réfugiés, Faizal Zeghoudi et son équipe ont pu longuement échanger avec les spectateurs à l’issue de la répétition publique.

Une évocation en trois temps du drame des réfugiés

Très émus par les images projetées en amont des extraits dansés, ces derniers ont notamment interrogé les interprètes de  No land demain ?  sur la façon dont ils appréhendaient leur sujet et l’implication personnelle que représentait pour eux le fait d’avoir à vivre sur scène des émotions et sensations aussi fortes que la peur panique, le stress de l’urgence vitale, la peur, l’effroi, portés dans leur expression artistique par la bande son originale de Lucas Barbier, en écho à la détresse des réfugiés du monde entier. Sans recours à la moindre image de violence, par la seule puissance d’évocation d’un geste contenu ou d’un mouvement déployé avec sensibilité, charge d’émotion soulevée par les huit danseurs habités par leur rôle, les extraits présentés sur scène évoquaient ainsi les trois temps qui ponctuent la création : le temps de guerre dans une ville dévastée par les bombardements, le temps de la traversée en mer et l’arrivée sur le rivage.

répétition de no land demain ? au Cuvier de Feydeau

photo Laurent Girardeau

Une création bicéphale pour une immersion totale en prise avec le réel

Point récurrent de la libre discussion engagée après la prestation des danseurs, la question du regard porté par les interprètes sur la tragédie des réfugiés, a été soulevée par le public du Cuvier de Feydeau avec d’autant plus d’intérêt que la ville d’Artigues s’engage dans une politique d’accueil très généreuse vis à vis des exilés politiques, avec près d’une centaine de femmes et d’hommes originaires de Syrie, d’Erythrée ou du Soudan actuellement hébergés dans la ville. A cet égard, Faizal Zeghoudi a pu souligner l’importance que revêtait dans son projet artistique, cette exigence d’immersion dans le réel, exigence soulignée par le caractère bicéphale de sa création  : incarnée dans le volet chorégraphique de « No land demain ? » par le potentiel d’expressivité, la spontanéité avec laquelle ses huit danseurs vivent sur scène ces situations d’urgences vitales, cette exigence d’immersion dans le réel est par ailleurs proposée au public comme une expérimentation inédite dans le premier volet de la création, l’installation plastique immersive à visiter en amont des représentations. « No land demain ? peut ainsi se concevoir dans sa facture singulière d’œuvre à deux visages, comme une plongée sensorielle au cœur de la tragédie des Réfugiés du Monde entier.

L’installation plastique immersive à découvrir en amont de la Première

A noter que l’installation plastique immersive, ouverte en libre accès à partir de treize ans, est d’ores et déjà présentée au centre culturel Michel Manet de Bergerac  depuis le 15 novembre et peut faire l’objet d’un accompagnement dans le cadre de visites scolaires pour des élèves de collèges ou lycées. Au lendemain de la Première elle quittera Bergerac pour Bordeaux où elle sera présentée, dès le 5 janvier 2018 à l’espace d’exposition les Vivres de l’art, en amont des neuf représentations programmées au Théâtre du Pont Tournant.

A l’issue de la répétition publique du 17 novembre , le Maire, Mme Anne Lise Jacquet, ses adjoints Thomas Theyssier et Claude Dauvillier, ainsi que la directrice du lieu, Nathalie Thomas Barrière, ont chaleureusement renouvelé leur confiance au chorégraphe. Ils lui ont notamment confirmé leur intention d’ accueillir à nouveau l’an prochain la Compagnie au Cuvier de Feydeau pour les répétitions de la prochaine pièce chorégraphique de Faizal Zeghoudi « on n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris » Partenaire de création de Faizal Zeghoudi pour « No land demain ? » en 2017 et « on n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris » en 2018, la ville d’Artigues-près-Bordeaux démontre ainsi son engagement en faveur d’un chorégraphe inspiré par des sujets sociétaux, qui, autour de chacune de ses créations, invite les publics à débattre, à s’émouvoir, et à investir la danse contemporaine comme un nouvel espace d ‘expression, de questionnement et de libre interprétation.

 

visuel de "no land demain?"

 

 

No land demain ? Première Nationale au centre culturel Michel Manet de Bergerac le jeudi 30 novembre 2017 dans le cadre du festival européen TRAFIK (Melkior Théâtre /Gare mondiale)

 

 

 

Coproduction : Conseil Départemental des Landes, avec le soutien de l’O.A.R.A dans le cadre d’une résidence « hors les murs ». Avec le soutien du Fond de dotation AQUITAINE CULTURE. En résidence de création : Théâtre Comœdia-Marmande, Centre culturel Roger Hanin-Soustons, l’Atrium-Dax, Théâtre du Pont Tournant-Bordeaux, Le Cuvier-Artigues-près-Bordeaux, Les Vivres de l’art–Bordeaux, Centre culturel Michel Manet-Bergerac, Melkior Théâtre/La gare mondiale-Bergerac, Salle Jean Renoir – Bois Colombes. La compagnie Faizal Zeghoudi est soutenue par : le Ministère de la Culture – DRAC Nouvelle-Aquitaine, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil Départemental de la Gironde.