Les collaborateurs artistiques de « No land demain? »

Rémi Bénichou,  auteur réalisateur, artiste vidéaste

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble en 1986 et de l’Ecole Supérieure d’Audio-Visuel (ESAV) de Toulouse en 1990, Rémi Bénichou réalise très vite ses propres fictions et documentaires. Il a réalisé depuis 1992 plus de 150 films de commande pour les productions suivantes : Auditoire, Blue Marlyn et CAPA, Entreprises, Europimages, Izard & Cie, Ligne de mire, Lucie S.A, Moviecom, Extension Vidéo, Off Shore, Planimonteur, Supp Com (Renault), Les Télécréateurs, V2Voove, Sky productions, Up Side, Etat d’Urgence Production (MSF) et We-Agency.

Il a également réalisé des films sur les thèmes de la Médiation sociale en banlieue (3F), sur les populations déplacées en Angola (MSF), le travail clandestin en France pour le Ministère du Travail.

Il a réalisé de nombreux reportages pour la télévision : MAG 5- Prod: TCT/dès 1996, et toutes ces dernières années pour les magazines Déclics, Emploi & Coulisses , la guerre au Tadjikistan. Il a également réalisé des documentaires historiques ou politiques, notamment « l’ambition contrariée de Jean-François Copé », pour France 3 (diffusé en Oct 2016) « Les enfants juifs sauvés de l’hôpital Rothschild », coréalisé avec JC Portes – Diffusé en avril 2015 sur France 5, les 23 et 29 juin 2016 sur la chaîne Planète, « Ségolène Royal, l’obstinée », coréalisé avec A.Gloaguen – Diffusé en septembre 2014 et juillet 2015, « Un aller simple pour le Vietnam« ,(chaine Voyage TV5 – Novembre 2009), « Résistant de l’air » pour la série  » Cent Résistants« .

Nombre de ses courts métrages sont sélectionnés ou primés en festivals, notamment :

  • LE BANC (15’) – Production Izard & Compagnie – Décembre 2005. Sélectionné en 2006 au Mouviz festival, Festival des 24 courts, Festival de Vébron.
  • WERNER – 2003. 14 Sélections officielles : Festival des Films du Monde de Montréal (Canada), Off courts de Trouville, Festival de Metz et Brest, Festival international de Braunschweig (Allemagne), Court 18 (ARP Cinéma des cinéastes), Festival de Palavas, Festival du Film Francophone de Vienne, Festival des Nations Ebensee (Autriche), Festival de Tarragone (Espagne), Festival de Odense (Danemark), Hollywood Film festival (Los Angeles), Queens Film,Festival (New York), Festival du film juif de Palm Beach (USA).
  • LETTRE à J-C – 1997- Festivals de Grenoble (juillet 97), Baunes (octobre 97), Mamers (98), Grande Synthe (99).
  • MOTS A MAUX – Février 95

Rémi Bénichou réalise également des vidéos expérimentales telles que « Mains & gestes« ,  essai vidéo (36 mn) soutenu par le Mac Val (musée d’art contemporain de Vitry) ou des portraits de danseurs pour l’ADAMI.

Sa collaboration avec le chorégraphe Faizal Zeghoudi porte sur plusieurs réalisations : « Sur la route de Jadis« , portrait du chorégraphe en avril 2008, « La Maison de Loth » diffusée au cinéma UTOPIA de Bordeaux, sélection FIPATEL Biarritz en 2009, ou encore, « Nina est présumée innocente » imaginée et chorégraphiée par Faizal Zeghoudi (dramaturge : Noëlle Renaude).

Il s’associe encore une fois avec lui en 2017 pour la réalisation des images de sa création en hommage aux migrants « NO LAND DEMAIN ? »

Il développe également cette année plusieurs projets personnels : un long métrage « Tina » ( Production Alcatraz films), un nouveau documentaire « Socialisme : le compromis permanent ? » (Dreamway Productions pour France 3) et une fiction littéraire (Le) Fragmenteur (en cours d’écriture).

 

 

Christophe Pitoiset, créateur lumière 

Formé à l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), section Lumière Son Plateau, Christophe Pitoiset débute comme éclairagiste au théâtre avec « La nuit et le moment de Crébillon fils« , mis en scène par Jean-Louis Thamin au CDN de Bordeaux Aquitaine (1989). Il est le créateur lumière des spectacles de Dominique Pitoiset depuis 1993. Il met en lumières les chorégraphies de José Montalvo (« La gloire de Jérôme« , « Paradis« , « Le Jardin Io Io Ito Ito« , « Le rire de la Lyre » à l’Opéra Garnier et « Un nioc de Paradis) et de Faizal Zeghoudi (« Le Sacre du printemps », « Nina est présumée innocente », « Les cerfs enchantés« ). Pour le metteur en scène géorgien Rézo Gabriadzé, il réalise les lumières de « Chant pour la Volga » (1997) et « L’Automne de mon printemps » (2002). Il travaille entre autres avec les metteurs en scène Frédéric Constant, Nicolas Rossier, Michel Berreti, Gilbert Tiberghien, Hervé Loichemol, Jean-Philippe Clarac et Olivier Deloeuil, Stephen David Taylor, Frédéric Maragnani, Simone Audemars, Nadia Fabrizio, Michel Toman, Geneviève Pasquier, Roland Auzet, Julie Annen… Il crée les lumières des opéras mis en scène par Dominique Pitoiset : « Nozze di Figaro » de Mozart à l’Opéra de Lausanne (1995), « Macbeth » de Verdi au Teatro Reggio de Parme (2001), « L’Isola disabitata » de Josef Haydn pour l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris (2005), » Le Tour d’écrou » de Benjamin Britten à l’Opéra National de Bordeaux (2008), « Didon et Enée » d’Henry Purcell pour l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris (2008), « La Bohème » de Puccini au Capitole – Opéra National de Toulouse (2010). « Le Bal masqué » de Verdi à l’Opéra National de Bordeaux, mis en scène de Carlos Wagner (2008). »Salomé » de Richard Strauss (2013), « L’Isola disabitata » de Joseph Haydn (2013).

 

Lucas Barbier, compositeur-musicien

Lucas Barbier est diplômé d’un Master Arts et Sciences de l’enregistrement (2005) et d’un certificat de fin d’étude en piano et solfège (1999). Multi-instrumentiste, il aime explorer les différents champs artistiques où s’inscrit la musique. Pianiste sur deux albums et concerts de Gypsophile au début des années 2000, il est également batteur de 2007 à 2010 de Lisa Portelli et sera présent sur l’album Le Régal (Wagram, 2011).

Dès 2006, il crée un duo de rock indé, Côme, dont il est le batteur et le chanteur. Il arpente les scènes avec plus de 100 concerts et 3 enregistrements voient le jour. En 2013, Côme est finaliste de plusieurs concours notamment Lance-toi en live organisé par Ricard SA live.

Compositeur de musiques de film et créateur de mises en espace sonore d’expositions, Lucas Barbier compose également pour le spectacle vivant. En 2008, il propose une performance en quadri-diffusion lors de la nuit du patrimoine à Sarlat.

Au théâtre, il élabore des compositions musicales pour les mises en scène de Marie-Christine Mazzola : « Le temps et la chambre » (2009), Hiver (2012), STE (2013) et « Tu trembles » (2013/2014/2015), pièce pour laquelle il joue en live sur plus de 30 représentations, notamment au Théâtre 95 de Cergy Pontoise. Il accompagne la création de « Haut/Bas » spectacle de marionnettes de la compagnie Mains fortes au Bouffou théâtre (2016). Pour la circassienne Sandrine Juglair, il signe une création sonore pour son spectacle « Diktat » (2017). Il suit la tournée du spectacle en qualité de régisseur son et régisseur général, (15 dates programmées sur la saison 2017/2018 sur des scènes nationales et des scènes conventionnées cirque)

Il travaille également avec Bruno Allain, auteur et plasticien, sur un projet de poésie-concert « Ce qui nous pousse » et a crée avec lui la compagnie Collectif Je grâce à laquelle il développe son projet de spectacle solo autour du thème de la nourriture. Le premier opus, » la Soupe de poisson« , quelque chose entre la conférence, le concert, le théâtre documentaire et le spectacle de clowns, obtient le soutien de l’Espace Périphérique (Mairie de Paris, Parc de La Villette), du Centquatre-Paris, du Château de Monthelon (10 dates jouées, une représentation programmée au festival des Arts de la rue d’Aurillac en août 2017) Le deuxième opus, « La Soupe de viande » est actuellement en cours de création.

Lucas Barbier travaille avec le chorégraphe Faizal Zeghoudi depuis une dizaine d’années et a signé la partition musicale de plusieurs de ses spectacles : « The Brides » (Festival de Blaye, La Ménagerie de verre, Le Glob théâtre, 2008), « Le chant de la gazelle » (Point Éphémère, 2012) et « Chorégraphie de la perte de soi » (Opéra de Bordeaux, 2014). En 2017, il poursuit sa collaboration artistique avec le chorégraphe et compose actuellement la partition sonore de sa nouvelle création chorégraphique « No land demain ? »