Création 2018 – Création 2019

Création 2017 : « No Land demain ?« 

 

No land demain ?  a été créé le  30 novembre 2017 à 20H30 au centre culturel Michel Manet de Bergerac dans le cadre du festival européen TRAFIK

Pièce chorégraphique pour huit danseurs,  en hommage aux réfugiés, « No land demain? » repose sur la gageure de faire vivre  au public le drame de la migration contrainte en deux visages et trois temps : la guerre , la traversée en mer, l’arrivée sur le rivage.

Création bicéphale « No land demain? » associe à la partition chorégraphique de Faizal Zeghoudi  une installation plastique immersive conçue comme une expérience sensorielle inédate, espace d’exposition à investir par le spectacteur  en amont des représentations.

Le visage dansé de « No land demain ? » explore en mouvements et gestes contenus les postures dempêchement d’évitement ou de lutte qui régissent les principaux mécanismes de protection des individus en situation de grand stress ; ce qu’on appelle communément notre instinct de survie

Chacun pourra ainsi éprouver cette tragédie universelle comme une expérience intime, en écho à la détresse des réfugiés du monde entier

Coproduction :  Conseil départemental des Landes avec le soutien de l’Oara dans le cadre d’une résidence « hors les murs » .

En résidences de création : Théâtre Comoedia-Marmande, centre culturel Roger Hanin-Soustons, l’Atrium-Dax, le Cuvier de Feydeau – Artigues-près-Bordeaux, Melkior théâtre/gare mondiale-Bergerac et centre culturel Manet de Bergerac pour la création lumière ,Théâtre du Pont tournant-Bordeaux, les vivres de l’art–Bordeaux, Salle Jean Renoir – Bois-Colombes.

Avec le soutien  du fonds Aquitaine culture, pour l’aide à la recherche de financements privés.

Représentations accueillies avec le soutien de l’Oara 

Le 9 septembre 2019 au Casino de Biarritz dans le cadre du festival « Le temps d’aimer la danse »
« No land demain? » débute la saison 2019-2020 à Biarritz

Sous la direction artistique de Thierry Malandain, « Le Temps d’Aimer la danse » accueille durant 10 jours 26 compagnies proposant ainsi multiples univers esthétiques venus des quatre coins de la planète. Des interprètes de tous âges, des étoiles aux nouveaux noms, les gestes chorégraphiques participent au rythme de la danse à cet événement  où le public découvre ou redécouvre la beauté du geste. Avec pas moins de 47 rendez-vous dans la ville et ses trois théâtres, Biarritz offre une multitude de spectacles à un large public. La compagnie Faizal Zeghoudi était déjà présente en 2104 sur ce festival avec la pièce « Chorégraphie de la perte de soi » et a été soutenue en 2016 par le CCN de Biarritz pour la création « Master class Nijinski ».

Et en préparation pour 2019

« ON N’A JAMAIS VU UNE DANSEUSE ÉTOILE À L’OPÉRA DE PARIS « 

A l’automne  2019, Faizal Zeghoudi proposera sa nouvelle création : « On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris« .  Le point d’ancrage de ce projet, associant à l’écriture chorégraphique de Faizal Zeghoudi, le texte original de l’auteur Rémi Bénichou,  est cette volonté de traiter de la question du racisme dans la société, aujourd’hui, avec ce pas de côté artistique nécessaire à toute création. Il s’agira de trouver une forme décalée qui permettra  de parler de manière fantasmatique de la relation entre des individus issus de cultures différentes.

 

.La création 2019 « On n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris » a été retenue par la Dilcrah – Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine LGBT, pour une série d’interventions déployée sur 10 mois.