« No Land demain ? », la revue de Presse

Mis en avant

l'affiche de no Land demain?

photo ClaudioRey

La presse en région Nouvelle Aquitaine accueille avec enthousiasme la création  bicéphale de Faizal Zeghoudi en hommage aux réfugiés. Invités à suivre la compagnie en répétitions  au cours des résidences de création qui ont marqué, de septembre à novembre, dans les villes partenaires  Marmande, Soustons, Dax, Artigues-Près-Bordeaux, avant Bergerac, la finalisation de l’œuvre en deux volets dont la Première  était programmée le 30 novembre 2017 au centre Culturel Michel Manet de Bergerac, les journalistes ont pu  dès l’automne dernier rencontrer le chorégraphe et ses danseurs et échanger avec eux autour de ce  projet artistique d’envergure, articulé entre une partition dansée à huit interprètes  et l’installation plastique immersive à découvrir en amont ou en aval des représentations.  Avant même le début de la tournée 2018  de « No Land demain ? « , en  janvier à Bordeaux, puis Marmande,  Dax et Soustons avant l’Ile de France  fin 2018,  Le chorégraphe faisait déjà la Une des journaux et magazines en Région Nouvelle Aquitaine, de Sud ouest à  France 3 Nouvelle Aquitaine . Notre revue de presse, présentée sur cette page dans l’ordre chronologique des parutions consacrées à la création depuis l’automne dernier,  s’est ainsi étoffée depuis les représentations au Théâtre du Pont Tournant à Bordeaux, par de nouveaux articles et interviews radio à découvrir ici , avec en point d’orgue,  la très belle critique de Céline Musseau publiée dans sud Ouest, vendredi 12 janvier 2018, l’émission d’Emmanuel Labails de RCF  Bordeaux dimanche 17 janvier  2018 et le focus consacré en mars 2018  à l’œuvre de Faizal Zeghoudi dans le numéro spécial danse du magazine culturel la Terrasse. Continuer la lecture

« No land demain? » au TnBA Bordeaux le 14 avril à 19 heures

 

Dans le cadre de l’opération BIENVENUE, forte mobilisation pour les réfugiés au profit de SOS Méditerranée, « No land demain, » de Faizal Zeghoudi sera au TnBA de Bordeaux pour une représentation exceptionnelle. Au titre plus qu’évocateur, cette pièce pour huit danseurs, contient à elle seule la tragique réalité vécue de plein fouet par les migrants. Un parcours où l’instinct de survie, l’angoisse et la peur sont les maîtres maux pour tous ceux contraints à l’exode.

 

Master Class Nijinski en tournée

La tournée 2018 de Masterclass Nijinski  a débuté  le  15 février 2018 au Casino de Lavelanet(09).  Après une série de 11 représentations en 2017, la création 2016 de Faizal Zeghoudi en hommage à Vlasav Nijinski  repart donc sur le routes de France, forte d’une nouvelle distribution, et d’un nouveau diffuseur, ValProd qui, séduit par la qualité du spectacle,  a d’ores et déjà programmé la pièce chorégraphique pour quatre danseurs et un comédien, au festival off d’Avignon, du 6 au 29 juillet prochain, au Collège de la Salle (Relâche les lundis) 

Continuer la lecture

No Land demain ? à l’épreuve du bac

No land demain? à l’épreuve du bac, l’idée à priori pourrait sembler bien audacieuse… C’est pourtant celle qu’orchestre aujourd’hui avec beaucoup de  conviction,  Séverine Billat, Professeure de Français à Dax,  forte de  l’adhésion  de ses élèves, bouleversés comme elle, par l’acuité de l’oeuvre chorégraphique de Faizal Zeghoudi. 

C’est à l’issue de la rencontre avec le chorégraphe  organisée, le 25 janvier 2018, en amont de  la représentation de No land demain ?  à l’Atrium de  Dax, que la professeure enthousiaste a présenté son projet pédagogique  à Faizal Zeghoudi :  En juin prochain, les lycéens de Première L et S du Lycée de Borda  pourront aborder le spectacle dans la partie entretien de  leur oral de bac, le citer pourquoi pas en exemple dans leur dissertation de Français ou le prendre en sujet d’illustration d’un TPE  sur le thème de la Méditerranée, « espoir de vie meilleure ou lieu d’écueil » pour les  migrants.  Retour sur une initiative formidable  qui prouve que la danse peut entrer de plein pied dans l’école, dès lors qu’elle « fait sens » auprès des jeunes…

la rencontre de Faizal Zeghoudi avec les Lycéens de Dax

photo Séverine Billat

Organisée en concertation avec  Myriam Soulagnet, médiatrice culturelle,  et Alexandre Nipaut, professeur au conservatoire de danse de Dax, lui-même fin connaisseur du travail de Faizal Zeghoudi, la rencontre du chorégraphe et des classes de Première L et S du Lycée de Borda, autour du spectacle  programmé  l’après midi même, en séance scolaire à l’Atrium, avait déjà constitué un « moment rare » . Selon les propres mots de la Professeure de français, « le contenu de l’intervention de Faizal était passionnant, rigoureux et riche d’une culture littéraire exprimée avec beaucoup de sensibilité. Il a répondu avec beaucoup de sollicitude, de bienveillance et d’authenticité aux questions des élèves, curieux et un peu impressionnés aussi. Avec lui, l’art leur a semblé moins inaccessible. Beaucoup d’entre eux n’avaient jamais été au théâtre ni vu un spectacle de danse. Le  contact avec un chorégraphe de renom les intimidait mais ils ont été particulièrement attentifs à ses propos sur la genèse du spectacle, sur la construction de son projet, sur son approche du corps, si proche  parfois de celle de Beckett, que nous avions étudié en classe. Il s’en est dégagé une intense émotion et de forts échanges avec les élèves ».  Mais c’est bien à l’issue de la représentation de l’après midi que ces derniers lui ont fait part avec le plus d’émotion du choc qu’ils avaient éprouvé face à la prestation poignante   des huit danseurs   de « No land demain? »  dans leur combat à corps perdus pour la survie, la fuite, l’exil forcé  en temps de guerre ou de misère économique. C’est de là qu’est venue l’idée pour Séverine Billat, de poursuivre en classe la réflexion autour de ce thème qui fait, selon elle, parfaitement écho au roman de Laurent Gaude, « Eldorado » déjà inscrit  à l’oral de français de ses élèves.

Un projet pédagogique autour de l’instinct de survie

« Madame, ce spectacle, c’est surement la chose la plus terrifiante, la plus oppressante, la plus triste que j’ai jamais vue; mais c’est à n’en pas douter la plus belle expérience de ma vie », lui confiait ainsi l’une de ses élèves, à l’issue de la représentation et de la  rencontre bord de scène qui suivit avec le chorégraphe et  les huit interprètes « No land demain ? »   

No land demain? Faizal Zeghoudin et ses danseurs avec les lycéens de Dax le 25 janvier 2018

photo Séverine Billat

Emue de voir à quel point ses élèves étaient bouleversés, ébranlés dans leurs certitudes  par  un spectacle qu’ils ont reçu avec beaucoup de ferveur parce qu’il  leur parle et leur  a fait découvrir la danse autrement,  Séverine  Billat  leur a proposé d’intégrer « No land demain? » à la liste des sujets de débat proposés en seconde partie de  l’oral du bac, en lien avec les  séquences sur le théâtre et le roman inscrites au programme de français  des Premières.    En concertation avec Mme Chevallereau, sa collègue professeure en S, les lycéens  vont ainsi  prolonger en cours  leur  réflexion autour de l’œuvre  du chorégraphe, révélatrice, dans sa pratique scénique, son écriture  et son travail sur  les corps,  d’une  certaine conception  de la création artistique  qui fait écho, selon elle, à la formule d’Antonin Artaud « d’art total » déjà étudiée avec eux dans la séquence Théâtre de leur programme,  ou encore à celle  de  Gabriel Celaya  qui définit  » l’expression artistique, comme une  arme chargée de futur« .  Dans le même esprit,  c’est également  en lien avec l’œuvre littéraire de  Laurent Gaudé,  le beau  roman « Eldorado » qui traite aussi de la question de l’exil et de l’instant de survie, qu’elle entend amener les lycéens  de sa classe littéraire option danse et arts plastique,  à tisser  dans leur approche des passerelles entre les différentes  formes d’expression artistique.  Dans cet esprit d’interdisciplinarité, un groupe d’élèves travaille d’ores et déjà sur  « No land demain? »   dans le cadre d’un TPE (travaux personnels encadrés) dont ils ont formulé la problématique en ces termes  : « Comment la Méditerranée est-elle devenue à la fin du XXeme siècle, un lieu de passage majeur vers l’espoir d’une vie meilleure ainsi qu’un lieu d’écueil pour les migrants « . C’est bien parce que cet intitulé aurait pu s’inscrire  en filigrane de l’œuvre chorégraphique de Faizal Zeghoudi,  que Séverine Billat  a choisi de mettre son travail  au centre de ses  échanges  avec ses élèves comme  l’expression  formelle d’une approche esthétique  « vecteur d’idées « ,  apte à les bousculer, les toucher au plus profond d’eux mêmes, voire les ébranler dans leurs certitudes . Au final, que « No land demain? « soit citée  ou non en exemple  dans des dissertations à venir, que l’œuvre de Faizal Zeghoudi   devienne ou non  sujet de discussion à l’oral du bac,  la professeure aura quoiqu’il en soit, avec elle  gagné son pari : gagner le cœur de la jeunesse en l’ amenant au spectacle et dans « l’après » représentation,  la  sensibiliser à une forme d’expression artistique qui  la touche de plein fouet : un art  qui lui parle du monde tel qu’il est, et surtout  lui propose des clefs d’interprétation  pour mieux le comprendre,  le déchiffrer… En attendant qui sait ?
de pouvoir le changer…

 

 

No Land demain? à Marmande, Dax et Soustons

photo du théâtre de Marmande

No land demain ? en représentation au théâtre Comœdia de Marmande mardi 23 janvier à 20H30- Installation plastique immersive à découvrir jusqu’au 30 janvier au théâtre Comœdia

Après neuf représentations au Théâtre du Pont Tournant à Bordeaux, No Land Demain?  vient de quitter Bordeaux pour Marmande, avant les villes de Dax et  Soustons où l’oeuvre chorégraphique sera jouée au cours de deux représentations, les 25 janvier et 26 janvier à 14H30 ( scolaires) et 20H30.

 

 

Le premier volet de la création bicéphale No Land demain? , l’installation plastique immersive co-réalisée avec Rémi Bénichou, est présentée quant à elle  depuis le 15 janvier et jusqu’au 30 janvier  à Marmande,  où le public pourra découvrir ce  mardi 23 janvier,  l’oeuvre chorégraphique de Faizal Zeghoudi, saluée par la presse comme par les professionnels venus la découvrir à Bordeaux, comme une œuvre majeure de son répertoire.  Ainsi en attestent ces deux témoignages, livrés à chaud, au soir d’une représentation par Eric  Chevance, ancien directeur du TNT Bordeaux et Jean-Claude Falet, directeur artistique du Théâtre Label Etoile Continuer la lecture

Portrait d’un créateur à l’œuvre

 « Sur la route de Jadis », un film de Rémi Bénichou

 No land demain? 9 représentations tous publics à Bordeaux

photo Claudio Rey

 

Dimanche 14 janvier 2018, à l’issue de la représentation de « No land Demain ? » à 15H30 au Théâtre du Pont Tournant, Rémi Bénichou présentera son film de 2008 « Sur la route de Jadis » , portrait filmé du créateur, centré sur le travail chorégraphique de Faizal Zeghoudi, dont il entendait déjà rendre compte, caméra à l’épaule.  

De la genèse de l’œuvre à la Première, au festival Tendances du Cuvier de Feydeau (Artigues-près-Bordeaux), c’est une histoire passionnante que nous livre en images le réalisateur en suivant toutes les étapes de création de la pièce chorégraphique « Jadis on croyait », librement  inspirée de la Noce d’Anton Tchekhov : celle d’une recherche chorégraphique en mouvements, qui dix ans plus tard, met en lumière  la constante signant l’empreinte singulière d’un créateur, animé, depuis toujours, par la même quête de sens…

Continuer la lecture

Le Sacre dans la ville

 

 

 

 

 

Le 26 décembre 2018 à Marmande, Marie Comandu, l’une des huit interprètes de
No land demain ? dirigeait un atelier chorégraphique du « Sacre dans la ville », le programme de médiation conçu par Faizal Zeghoudi, autour de la thématique territoires en mutation et dont la restitution publique fera l’objet d’un spectacle sur scène, le 30 janvier prochain à Marmande.  

Continuer la lecture

Salle comble à Artigues pour la répétition publique de No land demain ?

C’est dans une salle comble réunissant professionnels et grand public, lors de répétition publique du vendredi 17 novembre 2017, que Faizal Zeghoudi et ses huit danseurs ont présenté en avant-Première au Cuvier de Feydeau, à Artigues-près Bordeaux, trois extraits particulièrement émouvants de  No land demain ? 

Continuer la lecture

Création de « No Land demain ? » le 30/11/2017 à Bergerac

visuel de "no land demain?"

Première de « No land demain ? »

jeudi 30 novembre 2017 à Bergerac

Après le théâtre Comœdia de Marmande, du 11 au 15 septembre 2017, l’espace Roger Hanin de Soustons du 23 au 27 octobre, l’Atrium de Dax, du 30 octobre au 3 novembre, ce sont le Centre culturel Michel Manet de Bergerac, le Cuvier de Feydeau, à Artigues-près-Bordeaux et le Melkior Théâtre/ gare Mondiale de Bergerac qui  ont accueilli en résidence de création en novembre, Faizal Zeghoudi et ses huit danseurs, pour les dernières répétitions de « No land demain ? » avant la Première. C’est aussi à Bergerac qu’a été finalisée l’installation plastique qui constitue le second volet de cette œuvre bicéphale en hommage aux réfugiés, avant sa création en Première nationale dans le cadre du festival européen TRAFIK.

« No land demain ? » ou l’éloge de la fuite

En écho au thème retenu cette année par les organisateurs du festival, Henri Devier, directeur de la gare mondiale à Bergerac et l’équipe du Centre culturel Michel Manet, « No land demain ?  » s’entend bien, dans ses deux versants, l’installation plastique d’une part, la partition dansée à huit danseurs d’autre part, comme une élégie contemporaine en faveur d’un monde ouvert, multiculturel et résolument « no border ».

Manifeste chorégraphique empreint de sens et d’humanité, « No land demain ? » repose ainsi sur la gageure de faire vivre au public le drame de la migration contrainte en deux visages et trois temps, la guerre, la traversée en mer, l’arrivée sur le rivage. Le visage dansé de « No land demain ?» explore en mouvements et gestes contenus les postures d’empêchement, d’évitement ou de lutte qui régissent les principaux mécanismes de protection des individus en situation de grand stress ; ce qu’on appelle communément l’instinct de survie. L’expérience immersive de l’exposition plastique proposée au public en amont ou en aval de la pièce chorégraphique permettra également à chacun d’éprouver cette tragédie universelle dans sa dimension intime, plongé dans l’enfer d’une traversée en mer vers l’inconnu, comme n’importe quel réfugié, embarqué à bord d’un radeau de fortune.

Continuer la lecture

spectacles du répertoire

LES CERFS ENCHANTES (spectacle jeune public)

Un laboureur avait quatre fils mais négligeait de leur apprendre son métier. Ils passaient leur temps à courir les bois et devinrent ainsi d’habiles chasseurs. Un jour, ses fils rencontrèrent le plus beau cerf qu’ils n’aient jamais vu et se lancèrent à sa poursuite.  Mais le cerf enchanté les entraina au plus profond de la forêt. Resté longtemps sans nouvelles de ses enfants, le père partit à leur recherche et rencontra neuf cerfs dans lesquels il ne reconnut pas sa progéniture…

Continuer la lecture

Nos spectacles en diffusion

Gérée par l’association Technichore et le monde du Zèbre qui déploie ses activités selon trois axes, la création de spectacles,  la diffusion de son répertoire, les projets de médiation et la formation de tous les publics (parcours professionnels et amateurs), la compagnie Faizal Zeghoudi est aujourd’hui riche d’un répertoire d’une dizaine d’œuvres chorégraphiques distinguées pour certaines d’entre elles par la critique internationale telle « le Sacre du Printemps ou le cri de l’indépendance». Ce spectacle, créé en 2010 en partenariat avec L’Opéra National de Bordeaux et le Festival Iberoamericano de Bogotà pour le bicentenaire de l’indépendance de la Colombie, a été repris en 2015, avec les 73 musiciens du Groupe Philarmonique de Mulhouse, sur la  scène nationale « La filature » de Mulhouse.

La compagnie Faizal Zeghoudi propose actuellement en diffusion six pièces inscrites à son répertoire, « L’étreinte, ce qui nous relie… » « L’ému de l’horizon » « Chorégraphie de la perte de soi » « Le Sacre du Printemps ou le cri de l’indépendance » et bien sûr ses création 2016 « Master Class Nijinski » et 2018 « No Land demain?« 

Destinées au plus large public et ouvertes à ce titre à des lieux de diffusion pourquoi pas atypiques, ces créations sont le ferment de nombreuses actions de médiation culturelle menées avec les acteurs de terrain et les partenaires institutionnels de la compagnie :  interventions culturelles dans les quartiers, conférences dansées, ateliers artistiques en milieux scolaire et associatif, ateliers de formation continue pour enseignants de conservatoire, partenariats avec des musées…